Merci Monsieur Thimonnier

Pour en revenir à la conversation d’hier, ce n’est pas vraiment de ma faute non plus, cet amour du fil et des tissus… Ma maîtresse en est dingue. Elle en ramène, elle les coupe, les coud, les rebrode. Bref, ça donne envie de lui donner un coup de patte.

Alors, quand elle se met à la machine à coudre (une Thimonnier des années 1970 héritée de sa grand-mère, une merveilleuse couturière qui me donnait souvent un reste de glace ou de foie de veau), je m’installe à proximité.

Au fait, vous saviez que Thimonnier est l’inventeur -Français, s’il vous plaît – de la machine à coudre ? Vous pouvez voir l’engin sur le site du musée des Arts et Métiers  et même visiter le musée qui lui est consacré.

Enfin, je m’éloigne de celle de mémé. Elle fonctionne toujours, dans une odeur étrange d’huile un peu chaude. J’aime entendre le son qu’elle produit, ça me berce…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s